Centre de référence
des maladies rares
du pancréas

Projets en cours

  • Prise en charge de la dystrophie kystique sur pancréas Aberrant

    Evaluation and effectiveness of non surgical treatments in management of symptomatic paraduodenal pancreatitis 

    Etude du Club Français du Pancréas

    Investigateurs:

    Dr Bertrand Napoléon, Hôpital Privé Jean Mermoz

    Dr Christelle d’Engremont, CHU Besançon 

    Abstract : 

    Paraduodenal pancreatitis (PP) is now a well histologically defined entity. However its incidence is poorly known. A surgical series of patients recorded 3.5% of paraduodenal pancreatis among pancreatic resections (Vitali F, pancreas 2014). Chronic panctreatitis is present in 60% of cases (De Pretis N, pancreas 2017).  

    The treatment strategy is still poorly codified. In the past, pancreatic surgery was the only option but its morbidity leds to find another effective possibilities. Symptomatic treatments (analgesics, artificial nutrition), somatostatin analogs and endoscopic procedures are available options (Rebours V, Am J Gastroenterol 2007and Arvanitakis M, endoscopy 2014).

    The aim of this multicentric retrospective study is to evaluate the therapeutic possibilities and their efficacity in the management of PP. 

    Key words : paraduodenal pancreatitis, groove pancreatitis, cystic dystrophy of the duodenal wall 

     

     

    Intérêt des traitements non chirurgicaux dans la prise charge de la pancréatite paraduodénale symptomatique

    Abstract

    La pancréatite paraduodénale (PP) est une pathologie bien définie au sens histopathologique, même si son incidence reste inconnue. La série chirurgicale rétrospective de Vitali F et al, pancreas 2014, rapporte un taux de 3,5% de cette pathologie parmi les chirurgies pancréatiques réalisées pour une suspicion de cancer. Elle est associée dans 60% des cas à une pancréatite chronique (De Pretis N, pancreas 2017).

    Le traitement de la PP reste mal codifié. La chirurgie a été longtemps la seule option thérapeutique mais le risque élevé de morbidité nécessite d’envisager des stratégies alternatives. Le recours à un traitement symptomatique (antalgiques et nutrition artificielle) est utile à la phase aigue. En cas de persistance de la douleur, les analogues de la somatostatine semblent avoir une efficacité à court terme. Le traitement endoscopique par stentingou fenestration kystique semble être efficace de façon plus prolongée (Rebours V, Am J Gastroenterol 2007et Arvanitakis M, endoscopy 2014). Le but de notre travail est d’étudier rétrospectivement les différents traitements non chirurgicaux et d’évaluer leur efficacité dans la prise en charge de la PP symptomatique. 

     

    Mots clefs : pancréatite paraduodénale, pancréatite du sillon, dystrophie kystique sur pancréas aberrant

     

    Methodologie 

    Etude rétrospective

    Etude multicentrique : 

    • CHU Beaujon (Pr Rebours), CHU Besançon (Dr d’Engremont), CHU Nantes (Dr Lerhun) , Hôpital Privé Mermoz ( Dr Napoleon), CHU Marseille ( Pr Barthet)et IPC (Dr Giovanini), CHU Reims (Dr Defour), CHU Rouen ( Dr Thomassin), CHU Toulouse ( Pr Buscail)  

    Critères d’inclusion: 

    • Tous les patients présentants une pancréatite paraduodénale diagnostiquée en scanner, IRM, Echoendoscopie et sur pièce opératoire
    • Symptomatiques
    • Entre 2000 et 2020

    Données à recueillir :

    • Données démographiques :DDN, sexe,tabac, alcool, 
    • Données cliniques : diabète, douleurs, perte pondérale, vomissements, ictère, hémorragie
    • Données morphologiques : localisation DKPA, taille kyste, PCC associée, sténose duodénale, dilatation du CPP
    • Données thérapeutiques : nstenting, nfenestration, nASS…

    Données statistiques : 

    • Critères d’efficacité : obtention de l’antalgie/durée/ récidive
    • Reprise pondérale

Partenaires